Save our Advisory Council | Sauvons notre conseil consultatif

Notes for a discussion on an alternative to the ACSW/Notes pour discuter d’une alternative au CCCF

This document was produced by the Ad Hoc Committee for a Council on the Status of Women/ Ce document fut produit par le Comité ad hoc pour un conseil sur la condition de la femm

We do not believe, as some ministers do, that “all the functions previously performed by the ACSW/CCCF can be fulfilled by the personnel of the Women’s Issues Branch”.   However, we are prepared to discuss with an open mind in order to find a satisfactory compromise for all.

If this government “wants to do things differently”, we want to participate in the development of an alternative that addresses women’s needs and concerns while taking into account the budgetary restrictions imposed on the rest of the government.

The following principles must serve as a basis in this exercise:

  • Women must have an independent voice that is recognized by the government;
  • A central role must be to advise the government on matters of interest and concern to women, and bringing such matters before the public;
  • The organization must be representative of New Brunswick women (Anglophones, francophone’s, Aboriginal women and minorities) and should be accessible to all.
  • Sufficient resources must be allocated to enable success for its mission and mandate.

 

The following functions need to be re-established:

  • A strong independent voice for women in a context where women are under-represented in government and in a province where women struggle for their rights as well as for social and economic equity.
  • The capacity to conduct expert research and to work in collaboration with institutions, community groups, women’s advocacy groups and qualified researchers to conduct gender-based research to inform government policies and programs and to ensure that government has a true picture of the realities and challenges that women face in the province.
  • A toll-free phone number to make information on relevant women’s programs and services accessible to all women in the province.
  • Support and partnership for women’s interest and equity groups.

The ACSW/CCCF Act being still in effect, it could be amended to reflect an alternative and address current needs.  For instance:

  • The name could be changed to reflect the role of education, advocacy, and an inclusive public voice for women.
  • The mandate must should include regular surveys of New Brunswick women’s needs and interests, and making these known to the government and the public.
  • The President of a renewed organization should assume her role publicly, whether full or part-time.  She must be bilingual.
  • While the number of members might be decreased, the law could prescribe a consultation mechanism to ensure the input of various sectors of society in the nomination process.

In summary, a renewed organization must be as independent as its predecessor, and sufficiently equipped vis-à-vis mandate and budget to be able to publicly represent women’s voices on issues identified as priority.

 

Nous ne partageons pas l’avis de certains ministres à l’effet que les fonctions que remplissait le CCCF peuvent être assumées par le personnel transféré à la Direction de la condition féminine. Cependant, nous sommes disposées à entreprendre avec un esprit ouvert, un dialogue avec le gouvernement afin de trouver compromis satisfaisant pour toutes et tous.

Puisque le gouvernement affirme qu’il veut faire les choses autrement, nous voulons participer au développement d’une alternative qui tienne compte des besoins et préoccupations des femmes dans le contexte des restrictions budgétaires imposées au reste du gouvernement.

 

Les principes suivants doivent servir de base à cet exercice :

  • Les femmes devront avoir une voix indépendante reconnue par le gouvernement;
  • Le principal rôle de cet organisme devra être d’aviser le gouvernement sur les questions qui concernent et intéressent les femmes et de porter ces questions à l’attention tant du public que du gouvernement.
  • Cet organisme doit être représentatif des femmes de la province (anglophones, francophones autochtones et autres minorités).  Il doit aussi être accessible à toutes les femmes de la province.
  • Des ressources suffisantes devront lui être assurées pour assumer son rôle.

 

Les fonctions suivantes devront être rétablies :

  • Une voix forte et indépendante dans un contexte de sous représentation des femmes au sein du gouvernement et dans une province où les femmes doivent encore lutter pour leurs droits et pour l’équité sociale et économique.
  • La capacité de faire de la recherche et d’établir des liens de collaboration avec des institutions, organismes communautaires, groupes de défense de droits des femmes ou des chercheuses compétentes  pour réaliser des recherches sur les questions de genre pour que le  gouvernement puisse avoir un portrait clair de la situation réelle des femmes dans cette province.
  • L’accessibilité par une ligne téléphonique sans frais, permettant aux femmes d’obtenir de l’information sur les services disponibles dans la province.
  • L’appui aux divers groupes de défense des droits des femmes.

 

La Loi du Conseil consultatif sur la condition de la femme, qui est toujours active, pourrait être amendée pour répondre aux besoins de l’heure.  Par exemple,

  • Le nom pourrait être changé, si nécessaire, pour refléter un rôle de défenseure des femmes ou de voix publique des femmes.
  • Son mandat doit lui permettre de sonder les besoins et les intérêts des femmes de la province pour en être la voix auprès du gouvernement et devant le public.
  • La présidente devra assumer son rôle publiquement, que ce soit à plein temps ou à temps partiel.
  • Le nombre de membres pourrait être diminué et un mécanisme pourrait être prescrit dans la loi pour assurer une consultation de divers secteurs de la société avant leur nomination.

 

En résumé, un organisme renouvelé doit être aussi indépendant que son prédécesseur et avoir le mandat et les ressources nécessaires pour pouvoir publiquement représenter la voix des femmes sur les questions prioritaires identifiées.

Filed under: Actions, Basic Info/Info de base

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Pages

%d bloggers like this: